logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

09/06/2012

Souvenirs, souvenirs...

Une pensée pour tous ceux qui participent à la bloguinade 2012, que ce soit physiquement ou virtuellement.

Nous n'avions pas encore baptisé "bloguinade" ces rencontres, mais en 2007 il y en avait eu une à Paris...

 

Du virtuel au réel

Du virtuel au réel il n’y a qu’un pas
Une date à choisir, un resto à retenir
Pour que chacun tour à tour promette de venir.

Du virtuel au réel il n’y a qu’un pas
Que ces neuf là ont franchi.
Aliette et Marie ont sauté dans un train
Gérard et Pierre arrivent d’un peu moins loin
Bernadette, Martine viennent du Nord Francilien
Danièle, Alex et Anne Marie
Les attendent à Paris

Du virtuel au réel il n’y a qu’un pas
Et ce pas là c’est aujourd’hui
Que nous l’avons franchi.
Maintenant pour nous le virtuel
Aura le goût du réel,
Plein des rires de ces moments partagés.

Ce fut une belle journée. Le soleil était de la partie..

pic.jpg

Pour les curieux :

Catégorie : la vie du blog -  notre-rencontre-du-15-décembre 2007


Très belles bloguinades 2012...on attend les photos.

08/06/2012

Minute émotion

De retour sur blog 50, j'ai repris mes habitudes de contact et cherché à joindre quelques "anciens"....qui malheureusement parfois, on déserté blog 50.  J'ai repris l'ancienne carte interactive de juillet 2007 et je suis allé sur le blog de Marcel :

http://lepasdecalaislesmineurs.blog50.com/

Il est décédé maintenant, mais jusqu'au bout il est resté en contact avec nous et nous l'avons accompagné du mieux possible en lui témoignant notre soutien et notre affection.

Sa famille a décidé de laisser son blog actif en mémoire de lui...c'était un ancien mineur, amoureux de son métier et du jardinage.

Il était persuadé de l'importance de transmettre son histoire et ses connaissances et nous en a offert la primeur. Si vous êtes curieux de découvrir la mine du début du siècle dernier, raconté avec force détails et explication comme si vous y étiez, n'hésitez pas à faire un petit tour sur son blog.

Il est mort en janvier 2008 et la liste de ses messages des sympathie et de souvenirs se poursuit jusqu'en janvier 2011. Plus de 280 témoignages de sympathie et de soutien...

C'est la preuve concrète du lien de solidarité qui unit les "blogueurs" que nos sommes. Du virtuel au réel....

 

Il y a beaucoup de "tranches de vies" racontées sur nos blogs. Une véritable mine d'informations sur la vie du siècle dernier et des collections de photos anciennes dans la rubrique "cartons à chaussures" au temps où de grands thèmes collectifs étaient relayés par les uns et les autres ...comme, dans un autre domaine,  lorsqu'il y a eu épidémie de "tag" de blog en blog....

Voyager des notes d'il y a 5 ou 6 ans, et celles d'aujourd'hui c'est comme feuilleter un album photo. C'est un peu de notre histoire que nous écrivons ici, tous ensemble.

Bon après midi à tous.

07/06/2012

De la richesse de blog 50

Comme vous le savez, je suis revenue depuis peu...pour partager avec vous une aventure peu ordinaire.

Outre le bien que m'a fait ce récit (mettre à un point final à cette histoire), je prends beaucoup de plaisir à visiter vos blogs, regarder les photos, voyager avec vous....

En une dizaine de jours, je me suis créé grâce à vous de nombreux projets touristiques : une fête ici, un musée là, de savoureuses spécialités à déguster, il y a tant à découvrir....

Et puis il y a les blogs plus philosophiques, plus culturels, plus mélomanes aussi...quel régal.

Que de richesses sur cette bloguerie. et surtout quelle convivialité. Lorsque je lis les messages que vous vous envoyez, je vois avec plaisir que l'esprit qui avait été impulsé dans les années 2006, 2007 est toujours vivant et a surtout bien grandi.

Avec la première carte de la bloguerie pour permettre à chacun de savoir qui sont ses voisins et la  première rencontre parisienne, l'esprit du blog était né. Bien sûr, il existait déjà des affinités et certains se rencontraient en "petit comité" mais aujourd'hui, la tradition de la Bloguinade est bien installée. J'ai été assidue sur ce blog de 2006 à 2009, puis je me suis éloignée pour raions professionnelles et aujourd'hui, je vous retrouve avec plaisir.

Bravo à vous tous....pour cette grande famille.

06/06/2012

Quelle histoire !

Nous sommes lundi 23 avril. Il est 19 h et j'attends le retour de ma fille... Dans 12 h, je quitte la maison...

Je suis contente de partir mais triste de ce que je laisse derrière moi. Pourtant c'est une délivrance pour toutes les deux. Nous vivons en colocation forcée....et ça fait des années que l'une et l'autre cherchons le moyen de nous séparer .... Les conditions économiques actuelles ne nous facilitent pas la vie ...On commence seulement à parler des situations de femmes chef de famille. Quand il n'y a qu'une enfant, on se retrouve rivées l'une à l'autre parce que vivre seul coûte trop cher et qu'il faut trouver une solution pour ne pas être à la rue, surtout si le chômage longue durée s'en mêle, d'abord pour la jeune...et ensuite pour la sénior....mais ceci est un autre débat.

Pour l'instant je me prépare à notre dernière soirée...la solution de mamie au pair est vraiment une occasion insepérée ...j'y trouve tout ce que je cherchais...mais c'est si loin !

Petit menu de fête...elle va bientôt arriver...je regarde mes messages sur l'ordi...tiens, la famille m'a écrit...ça faisait un moment que j'attendais leur message. Je leur avais envoyé 2 mails pour les prévenir de ma date d'arrivée... mais je m'étais habituée à ce qu'ils ne répondent pas....et ils l'avaient dit au téléphone à AM : "qu'elle prenne son billet et nous viendrons la chercher comme la dernière fois. Nous prenons tout en charge, tout se passera bien"....s'ils n'avaient rien reçu, ils s'en seraient inquiétés.

Je traduis le message, en allemand, laconique et sans signature :

"Nous avons reçu des bagages...nous ne comprenons pas...ne venez pas sans notre accord."


J'ai l'impression de prendre un coup de massue sur la tête...l'impression qu'une grosse baudruche bleue vient d'éclater à côté de moi...je "sais" (instantannément) que je n'irai jamais en Allemagne..."

 Je ne comprends pas ce qui se passe, j'appelle  la responsable de l'association d'aide aux Français d'Allemagne qui m'avait proposé de m'aider en cas de besoin. Elle tente de leur téléphoner mais rien...pas de réponse.

 J'annule aussitôt mon billet de train...puis le lendemain matin, sans grande conviction, contacte Anita pour savoir si elle avait de leurs nouvelles. Elle les appelle....discute avec eux...apprend qu'ils ont renvoyé mes bagages et que je n'ai pas à venir tant qu'ils ne me l'ont pas dit....

C'est une histoire de fou...ils m'ont écrit de ne pas venir juste au dessus du mail où ils me disent de  venir...

A ce jour, je ne sais toujours pas ce qui s'est passé. Ils étaient paraît-il furieux au téléphone...contre qui ? Contre moi ou contre Anita ? Anita qui voit là une occasion d'étouffer son indiscrétion au sujet du Guy ne fait pas trop d'efforts pour m'aider à comprendre....Ce désaccord est une aubaine pour elle.

 

Dans la semaine qui a suivi, j'ai reçu un message de Martine, me disant simplement...venez quand même...sans explication, sans commentaire, sans excuses....

Je leur ai envoyé plusieurs courriers en allemand (à l'aide d'une traduction automatique), puis une longue lettre en français par internet...je n'ai jamais reçu de réponse....J'ai envoyé le double à Anita qui devait leur traduire mais....elle ne l'a probablement pas fait...

C'est la fin de mon rêve...je ne peux plus m'engager dans une famille qui me dit 2 fois de venir et qui prétend que je suis venue de mon propre chef...

 J'ai un gros préjudice économique car je m'étais arrêtée de travailler en février pour préparer mon départ. J'ai dû payer pour récupérer mes bagages. Aucun de mes frais ne m'a été remboursé : ni mes billets de train, ni mes frais de bagages, ni mes achats de matériel pédagogique.

 Mais tous cela n'est rien à côté du préjudice moral et l'impression de m'être faite "jeter comme un chien" sans savoir pourquoi, après l'accueil qu'ils m'avaient réservé et tout ce que la préparation de ce voyage a impliqué pour moi....

Je mettrais 15 jours à récupérer mes bagages...ils contiennent tout : mes vêtements, mes traitements, mes documents personnels....tout. Je n'avais gardé avec moi que le contenu de mon bagage à main : des vêtements, des produits d'hygiène et des traitements pour 3 jours.

Passé le premier choc, je comprends très vite que je ne retrouverai jamais ma vie d'avant....je suis "partie"...la maison est devenue trop étroite pour 2, je ne supporte plus la Région Parisienne...je n'ai plus l'énergie de me réinstaller ...je mettrai un mois avant d'aller récupérer ma voiture...

Il me faut rassembler les morceaux de ma vie qui, ce lundi soir à volé en éclat. Je ne reviendrais jamais en arrière, il me faut aller de l'avant en trouvant la force de repartir....ailleurs....en France.

Très vite je contacte l'agence "mamieaupair.com"... Je suis fragilisée par cette aventure et j'élimine les autres prestataires qui ne me paraissent pas assez sérieux pour me soutenir dans cette nouvelle démarche.

Cela fait 6 semaines que mon rêve s'est brisé. Hier, j'ai fait la connaissance par téléphone de ma future famille....une maman seule avec un petit garçon de 3 ans...en région Pays de Loire, qui évoque la douceur angevine et les belles années que j'ai vécu à Tours. Départ prévu début août.

Il ne me reste plus qu'à "oublier" ce passé douloureux et construire mentalement mon futur projet. Adieu mes chéries, je vous aimais déjà et je vous garde une place dans mon coeur, avec tous les enfants dont je me suis occupée et que j'ai beaucoup aimé.

Merci de m'avoir lu jusqu'au bout...n'hésitez pas à me faire part de vos commentaires, de vos questions, ce travail de mémoire est salvateur pour moi car maintenant...la vie doit reprendre ses droits !

Cette expérience m'a transformée, c'est sûr. C'était douloureux (et ça l'est encore) je sens à l'intérieur de moi comme un grand chantier de retauration. Vous faire partager cette histoire a exacerbé des émotions qui ont fait remonter d'autres émotions de situations inachevées et de sépatation qui ont étayé ma vie....et que j'avais oublié....

Devant un événement inattendu, qui peut dire si c'est une chance ou une malchance tant que l'histoire n'est pas terminée ???

 


 

S.O.S.

J'ai envie de vous faire partager de très beaux pps....qui peut me dire comment les éditer....ils ne passent pas. J'ai essayéé multimédia, mais d'après le message, le format n'est pas le bon.

Merci à tous

04/06/2012

Préparation au départ (suite et fin)

Je commande mon billet de train par internet. Je pars le 24 avril à 9 h du matin. Mes bagages doivent partir le 19 avril. Bon, je fais la liste de ce que j'emporte avec moi...La liste est impressionnante car je pars pour longtemps...je ne reviendrai pas souvent, il y a tout de même 9 heures de voyage, plus les transfers, ça fait beaucoup.

Je commence à ranger tout ce qui ne servira pas durant mon absence. Je remise toutes mes affaires personnelles, classe les dossiers administratifs, prépare pour ma fille tous les documents dont elle aura besoin au cas où...il faut penser à tout : la déclaration d'impôts pour la faire par télétransmission le moment venu, la carte de sécurité sociale internationnale, le passeport, l'assurance rapatriement...je vérifie au passage les conditions de mon assurance décès...pour moi qui n'ai jamais voyagé de ma vie, ce n'est pas simple, d'autant qu'à chaque étape, je découvre quelque chose de plus à faire....

Et qu'est-ce que je fais de ma voiture ? Elle ne peut pas rester dans la rue, il faut que je lui trouve un parking gratuit si possible...en attendant de la vendre car elle ne passerait pas la frontière.

C'est pesant toutes ces démarches, d'autant que je dois tout gérer toute seule, je n'ai personne avec qui "en parler" pour faire le point, me conseiller, me rassurer....

Il faut que je pense à emporter mes traitements homéopathiques habituels car là-bas, les dillutions sont différentes et je pourrais avoir du mal à trouver certains produits. Je me fais un petit stock...puis vient l'épreuve des bagages.

Alors...il faut que je voyage léger...donc une grande malle en toile (270 l)et une valise pour ce qui est fragile. J'ai droit à 30 kg par bagage et une petite valise à la main.

Progressivement je remplis mes malles....il y aura 15 kg de livres en français  pour les enfants et 10 kg de jeux et de matériel pédagogique en plus de mes bagages personnels....après 2 échecs, je réussis à tout "caser" et en respectant le poids maximum de chacun de mes bagages.

Ca y est, ils sont partis....je suis presque prête. C'était difficile tout de même. Mais ce n'est rien à côté de l'épreuve des "au revoir" aux amis, aux voisins et à la famille....

Je prévois un "pot" avec quelques voisins...histoire qu'ils sachent que je pars et qu'ils puissent aider ma fille si elle a besoin de quelque chose.

Deux amies qui viennent déjeuner avec moi, chacune leur tour...chaque séparation est un peu plus difficile et je sens arriver le moment tant attendu et redouté à la fois, le moment de faire le "grand saut vers l'inconnu".

C'est vraiment un saut vers l'inconnu...j'ai l'impression que ma vie va s'arrêter....je dois mourir à cette vie pour renaître à une nouvelle vie....je me sens comme si je pouvais avancer jusqu'à un certain point et ensuite, me jeter dans le vide en plein brouillard....heureusement que j'ai confiance en ceux qui seront là pour me recevoir.

Pourtant...la famille d'accueil n'a pas répondu à mes questions sur mon installation au château. Je ne sais pas si je pourrai brancher un ordinateur dans ma chambre pour communiquer avec mes proches et capter des programmes en français. Je n'ai pas de contrat et nous n'avons rien défini réellement sur papier....Mais ils m'ont si bien accueillie qu'il ne devrait pas y avoir de problème. Nous résoudrons toutes les difficultés les unes après les autres lorsque je serai sur place. Je pars confiante malgré tout. Ce que j'ai trouvé là-bas est si important pour moi....

Ce dimanche 22 avril, nous sommes réunis dans ma maison natale, ma mère, mes 2 frères, ma fille et moi. La famille est au complet et ma mère dit "c'est peut-être la dernière fois que nous sommes tous réunis ici..." Elle pense à son prochain déménagement...mais pour moi, ça prend un autre sens...je pars loin, et pour longtemps...quels événements m'obligeront à revenir ???

Nous nous quittons simplement, la vie reprend son cours pour eux tous...mais pour moi, je sais que quitter ma fille mardi matin, ce sera encore plus difficile et j'appréhende un peu notre "dernière soirée" de lundi.

(à suivre)...

03/06/2012

Avertissement

Peut-être pensez vous : "Bon d'accord, c'est sympa son histoire....mais pourquoi se raconter comme celà....c'est sa vie...."  et vous aurez raison.

Vous qui vous intéressez à l'histoire et me le faites savoir à travers vos commentaires, je vous en remercie très chaleureusement. Vous m'aidez à poursuivre.

Au-delà de ce récit se cache un vrai problème de société. Devenir papy ou mamy au pair répond à un double besoin : celui des séniors qui ont besoin d'arrondir leurs fins de mois, de changer d'air, de se trouver des raisons de vivre en êtant utile à quelqu'un  et celui des familles qui cherchent des solutions pour faire garder leurs enfants.

Des "agences" de placement se sont créées. J'en connais déjà 5 en France et à l'étranger. Certaines sont sérieuses et font un travail de qualité, d'autres font n'importe quoi pour très cher parfois.

Je souhaite que ces notes, qui sont lue au-delà de blog 50, fassent réfléchir chacun sur les bons et les mauvais côtés de ces aventures qui intéressent de plus en plus de "séniors" et de familles.

A demain pour la suite d'une incroyable histoire.....

Préparation au départ

Je rentre à Paris enchantée de mon séjour et pense avoir trouvé une famille d'adoption.

Je suis bien décidée à ne pas laisser passer ma chance... J'ai de nombreuses démarches à accomplir. On ne s'expatrie pas d'un coup de baguette magique....et puis je veux garder mon appartement  en collocation avec ma fille.

Heureusement, se tient à Paris le salon de l'expatriation....je vous passe les jours et les jours de démarches administratives pour rester "écologique" et partir sans rien casser autour de moi.

Avec beaucoup d'énergie, je me remets à l'allemand...ce séjour m'a permis de faire des progrès.

Régulièrement je fais des achats de matériel pédagogique et je prépare un cahier de chants bilingue. Mentalement j'y suis déjà  et cela m'aide à patienter.

Les filles copie.jpg

Annie et Claire chantent en français

 

 

numérisation0015.jpg

Tout un répertoire

numérisation0017.jpg

Au moment de partir, j'ai traduit et illustré une trentaine de chansons.

 

 

numérisation0020.jpg

La page de droite est consacrée à la chanson

 

numérisation0019.jpg

la page de gauche précise le vocabulaire

 

Le temps passe....le 15 mars, je ne sais toujours pas à quelle date je dois être en Allemagne, ce n'est pas facile pour mettre de l'ordre dans mes dossier administratifs....


J'envoie un message à l'aumonier américain qui m'avait proposé son aide pour les traductions et lui demande de transmettre une liste de questions à Christian et Martine. Je ne souhaite plus passer par Anita en qui je n'ai plus confiance.


Enfin le 31 mars, une réponse arrive... un message qui me dit : "nous partons en vacances en angleterre, nous rentrerons mi avril. Vous pouvez venir vers le 23 avril. Achetez votre billet, nous prenons tout en charge comme lors de votre première visite".

Ah, ça y est, j'ai une date....je peux me préparer maintenant.

(à suivre)

 

 

 

 

 







02/06/2012

Première visite en Allemagne (suite et fin)

Avant que Christian me raccompagne à l'hôtel, Martine m'explique que demain, je pars avec Christian et que je dors à Franckfort....Ah bon  ?

Christian est pilote de ligne et il m'a proposé de me raccompagner en France en avion....la classe !

Par contre, il doit partir tôt pour faire un aller retour à Berlin. Il me faudra l'attendre à l'aéroport. Il sera déjà dans l'avion lorsque j'embarquerai.

Comme il y a un peu plus de 3 heures de train pour arriver à Franckfort, nous devons partir le lendemain après midi. Mais avant, je vais rencontrer une Française qui me fera visiter la ville d'Amberg.

Je prépare donc ma valise ...domage, je serai bien restée ici une nuit de plus....

Nous arrivons à Amberg à 11 h, notre quide nous attend....il ne fait pas chaud du tout...la famille ne visitera pas avec moi, c'est trop pour les enfants. Ils nous attendent au café et la visite commence en français, puisque je suis seule avec la guide.

Amberg est une ville "indépendante". Elle n'est ratachée à aucune division administrative. Elle est gérée par les habitants qui décident et financent eux-mêmes les travaux nécessaires.

P1010039.jpg

La mairie

 

P1010042.jpg

Un bien joli bâtiment....

 

Je n'ai pas pris d'autres photos, de toutes façons je reviendra lorsque je serais "ici"

Deux heures plus tard, nous retrouvons la famille puis nous retraversons la ville pour aller dans une brasserie....pour déjeuner !!!

Notre guide reste avec nous, elle sera notre interprête pour les dernières mises au point. Elle m'explique de nouveau que nous allons à Frankfort, que nous dormirons à l'hôtel et que nous dinerons avec Anita qui était notre relais lorsque nous communiquions sur internet.

C'est génial....je vais de découverte en découverte...parfois je me sens un peu prise au dépourvu....

Je confirme que je veux bien venir vivre dans cette famille. Ils me proposent de m'installer un studio indépendant à l'intérieur du château et qu'ils sera aménagé comme leur propre appartement, en attendant que les autres travaux soient fait....bien sûr, il y aura de la poussière et des travaux en permanence, mais si cela ne me gêne pas, ils seront heureux de m'accueillir.

Je leur explique que pour moi leur proposition arrive au bon moment car je ne savais plus trop comment orienter ma vie...Il ne leur reste  qu'à me dire à quelle date ils veulent que j'arrive chez eux. Je suis un peu étonnée que les conditions du contrat ne soient pas évoquées mais je pense qu'ils n'ont pas trop envie d'en parler ici.....il évéit évoqué avec Anita et j'étais à peu près d'accord avec ce qu'ils proposaient.

A partir de là, tout va aller très vite....nous sommes en retard pour le train....en voiture, vite....allez, il faut descendre vite....pas le temps d'embrasser les enfants....pas facile de courir après déjeuner avec une valise et d'enjamber les murets, monter et descendre les escaliers.....

Bon, nous avons eu notre premier train, mais le deuxième nous partira sous le nez....

Deux heures trente plus tard, nous sommes à Franckfort et il faut rejoindre l'aéroport....heureusement que je n'avais qu'à me laisser guider....seule, je ne m'y serai  pas retrouvée.

Ensuite, j'attends Christian qui va chercher une voiture de service et en route pour l'hôtel.

Je suis épuisée....Ce n'est déjà plus la même ambiance....

Je fais connaissance d'Anita....elle ne me plait pas beaucoup et ne m'inspire pas confiance. Les autres interprêtes me semblaient plus fidèles dans leurs traduction. Durant le repas j'apprends que je vais devoir me lever à 5 h du matin pour partir à l'aéroport et attendre notre vol prévu à 13 h 30...ce n'est pas ce qui m'avait été dit....

Christian part se coucher car il doit respecter son temps de sommeil et je reste avec Anita qui veut savoir comment s'est passé mon séjour est-ce que je suis toujours partante pour l'Allemagne. "oui, bien sûr, ce sont des gens charmants et ils ont des petites filles adorables....même si je m'attends à des moments difficiles, je me sens à la hauteur de la tâche".

Nous parlons du comportement de Guy, et des dérives qui peuvent se produire si la famille maintient le secret de ses origine (c'était elle l'indiscrète).

Elle m'informe que je devrais accompagner les enfants dans une école située à 45 km du château....comment imaginer que je parte en voiture, seule avec 2 enfants, alors que je ne parle pas la langue. De plus, personne ne parle français, je ne peux même pas les appeler au téléphone ... non, ils ne m'en ont pas parlé....Martine m'a montré l'école au village....et pourquoi me faire venir s'ils les mettent à l'école internationnale.

Et Anita de répondre : " oh, ils ne voulaient pas vous le dire avant de peur que vous ne veniez pas"...je me sens un peu trahie, si c'est celà, je ne viendrai pas. Je ne veux pas qu'on me mente.

J'apprendrai plus tard que c'est Anita qui m'avait caché ce "détail"...et comment se fait-il qu'à midi je doive attendre 2 h à l'aéroport et que ce soir cela se transforme en 8 h ?

Je suis soulagée lorsque Anita prend congé....décidément, je n'aime pas cette femme.....

J'ai du mal à dormir.....le temps passe 2 h, 3 h...Mais qu'est-ce que je vais faire à l'aéroport pendant tout ce temps....Je décide de rester à l'hôtel et de prendre un taxi vers 10 h 30. Ce sera bien suffisant pour enregistrer mon bagage et me présenter à l'embarquement....

 

Et je  retrouve Christian dans l'avion. Il a pris soin de demander une hôtesse francophone pour me transmettre les consignes de sécurité et m'aider à m'installer car je vais voyager dans le cokpyte, juste derrière les pilotes, à la place des instructeurs.....

aux commandes copie.jpg

Rassurez-vous, le pilote retirera son bandeau et moi, je laisserai la place au co-pilote... car l'hôtesse m'avait dit : "si c'est vous qui restez aux commandes, je préfère descendre !

 

C'est mon premier voyage en avion de ligne....que c'est beau ...je m'amuse comme une enfant de tout ce que je vois....les avions minuscules qui volent en dessous de nous, les nuages cotonneux, plus lumineux les uns que les autres....et ce ciel bleur azur...je n'ai jamais vu le soleil de si près....Waouhhh !!!! je me régale pendant 1 h 1/4.

Tout se passe merveilleusement bien....Je remercie chaleureusement Christian, Claude le co-pilote, Chantal et les autres hôtesse....nous prenons une photo souvenir avec l'équipage au complet...puis vient le moment de nous dire au revoir....et à bientôt.

Je suis un peu triste, j'avais envie que l'aventure continue.... j'ai hâte de revenir. Il me reste 2 mois à attendre et ce sera le grand saut dans ma nouvelle vie.

 

 

 

 

 

 

 

01/06/2012

Première visite en Allemagne (suite et fin)

Le lendemain, une longue journée nous attend. Nous avons un rendez-vous "important"....avec des "Français".

Voulant me convaincre que je n'avais pas à craindre la solitude, la famille s'est mise en 4 pour me mettre en relation avec des communautés de Français en Allemagne. Nous partons pour Nuremberg. Nous sommes attendus pour le thé.

Donc, thé et gâteaux pour le déjeuner....Cette fois ci j'avais pris soin de prendre un copieux petit déjeuner.

Notre hôte me dit : "si vous avez des questions à poser, c'est le moment. Je serai votre interprête". Nous sommes 10 autour de la table et les échanges en français et en allemand se croisent et s'entre choc, d'autant que ce petit Guy n'arrête pas de pleurer et qu'il faut sans cesse que quelqu'un l'éloigne de nous. Ce n'est pas très facile de suivre une conversation.

Enfin, j'en ai retenu l'essentiel : cette famille a envie "d'adopter une mamie française" , ce qui veut dire que je partirais en l'Allemagne pour une très longue durée ... Ils sont ravis que je sois venue et pensent que nous nous entendrons bien. Moi aussi, je pense que nous serons bien ensemble et je propose d'arriver début avril. "On va préparer la chambre le plus vite possible" affirme Christian. Lorsque Martine revient, il lui parle en allemand...elle me remercie et c'est elle qui prend le relais..."Nous sommes très heureux car j'ai vraiment besoin que vous veniez vivre avec nous. Avec les petits (il n'y a pas classe avant 6 ans en Allemagne) je n'arrive pas à m'occuper de la restauration du château.

Je n'aurai rien d'autre à faire que de jouer avec les enfants, les promener et leur parler en français. Juste avoir un oeil sur eux lorsque Martine s'occupe de surveiller les travaux. Ca me convient bien....

S'ensuit une visite à Nuremberg. Je vous passe les détails de la journée, ce n'est pas le plus important. Par contre la soirée....

D'autres amis sont invités et pendant que j'étais à l'hôtel, un superbe piano à queue a été installé dans la salle commune. Nous allons avoir droit à un concert privé.

Marina a une amie qui, comme elle, apprend le français. Nous improvisons un petit cours collectif prendant que nous mettons la table. Nous partageons beaucoup de rire et de plaisir. C'est drôle de communiquer par geste et d'entendre nos accents réciproques....je commence à oser quelques mots en allemand.

Nous rions beaucoup et je me prends à penser qu'en 3 jours, j'aurais ri bien plus qu'en 6 mois chez moi...si un fou rire vaut un beefteack, je n'ai plus besoin de me faire de souci pour les repas....

Un dîner sympathique, à 10 autour de la table, pour moi qui prends 90 % de mes repas seule c'est vraiment un moment de plaisir partagé. Puis j'ai une  conversation "intime" avec Martine, au coin du feu. Christian qui joue magnifiquement se met au piano et nous interprête quelques morceaux classiques puis interprête quelques oeuvres de sa composition en s'accompagnant au piano.

Les invités prennent congé et la famille se resserre dans son intimité. Guy qui se décide  à descendre des genoux de maman pour s'approcher du piano....Quelle bonne soirée ! Claire s'endort sur le canapé, Lady, la chatte  remplace Guy sur les genoux de Martine, Christian donne un cours de piano à Annie et Marina...

Lorsque j'entends un morceau joué à 4 mains, je m'approche du piano.  Marina joue avec une seule main car de l'autre elle tient Guy.

Je tends les bras et prends le bébé dans mes bras. Il vient sans difficulté, pose sa tête sur mon épaule et se laisse bercer....il s'endort.....une véritable image d'Epinal : la maman et son chat au coin du feu, une petite fille endormie sur le canapé,le papa et deux filles au piano et la mamie qui berce le petit dernier dans ses bras.....Tout celà dans l'ambiance rétro d'une salle de château éclairé en partie à la bougie et où il n'existe ni télé, ni internet....

Je suis comme dans un rêve...il me monte une bouffée d'émotion et je pense :"ça y est, enfin j'ai trouvé ma place, je suis une vraie mamie..." je me sens heureuse comme jamais je n'ai été....mon rêve devient réalité.

Au moment de partir, Guy qui avait retrouvé les bras de maman, se penche en avant pour m'embrasser, à la grande stupéfaction de toute la famille et pour mon plus grand plaisir.

Je lui envoie un message mental en lui caressant la joue : "ne t'en fais pas mon petit Guy, je sais ce qui te fait pleurer comme celà et je vais t'aider"...

J'avais appris le "secret" de ses origines par une indiscrétion mais les "parents" continuaient de créer un secret de famille préjudiciable à toute cette famille et à leurs descendants..

En m'endormant, je pensais que je n'étais pas là par hasard, moi qui avais consacré une grande partie de ma vie à expliquer que les enfants ont droit à la vérité sur leurs origines et l'histoire de leur famille.....et Guy avait bien senti que, témoin solidaire, je pouvais l'aider.


(à suivre)

 

 

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique