logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/04/2008

Les bonbons

Cette nouvelle rubrique se veut interactive, je souhaite qu'elle devienne le départ d'un nouveau mode de communication entre nous. N'hésitez pas à donner votre avis, partager vos impressions et vous souvenirs. Vous pouvez même vous répondre entre vous comme si nous étions sur un forum...si le coeur vous en dit.

Qui se souvient des caramels à un franc ?

Ces petits caramels au lait qui trônaient dans un bocal du comptoir de l’épicerie …quelle joie lorsque l’épicière, un sourire aux lèvres, ouvrait son bocal en disant : « prends un bonbon » ou lorsqu’ayant hérité d’une grosse pièce de 2 ou de 5 francs, nous allions acheter nous même cette petite confiserie que nous savourions avec délice….

Il y avait aussi les chewing-gums gagnants au goût inimitable dont le bocal multicolore rivalisait d’attrait avec son voisin…mais c’était plus cher… Et cette bonne odeur lorsqu’on ouvrait le bocal pour y plonger la main et tirer une petite confiserie que l’on espérait gagnante…

C’était dans les années 50.

Puis l’industrie de la confiserie s’est développée et quelques années plus tard le choix était beaucoup plus large : roudoudous, dragées au chocolat, nounours, guimauves…hummmm !!!

Quel bonheur d’aller acheter pour quelques centimes un petit trésor à partager avec les copains et copines….et aujourd’hui qu’en est-il ?

Il y a tant et tant de propositions qu’un enfant a bien du mal à choisir, et à 20 centimes d’euro le caramel on est très loin, toute proportion gardée du caramel à 1 franc.

Mais bien sûr il faut vivre avec son temps….le monde évolue et il faut l’accepter.

Pour un enfant, quelle tentation et quelle frustration en même temps car il lui est impossible de choisir vraiment et il faut bien dire stop à un moment…l’enfant reste indécis et frustré, même s’il est très raisonnable et comprend qu’on ne peut pas tout acheter.

Et c’est ainsi que l’on fabrique de futurs consommateurs insatisfaits…donc de bons consommateurs car les ventes augmentent davantage si le consommateur est insatisfait que s’il est satisfait. C’est un principe bien connu des commerciaux la « vente par frustration ».

Alors souvent je m’interroge sur les effets d’une telle profusion dans les magasins, les super marchés etc…nous avons la même chose au niveau de tous les produits de consommation courante. On nous vente sans cesse les effets positifs de tel ou tel produit dont on imagine déjà les résultats que l’on pourra obtenir en l’achetant….résultats imaginaires bien sûr. Alors les ventes augmentent pour le plus grand bien des industriels de tous poils.

Que pensez vous de cette profusion de produits divers, des hyper, des maxi et de tous ces magasins qui, sous prétexte de nous faire payer moins cher nous proposent tellement de choses que l’on n’en fini pas de dépenser plus d’argent que nécessaire. ?

Commentaires

Elle est bien belle ta longue note interactive. Je serai la première à répondre. Mon parrain était herboriste à Hazebrouck dans le Nord. Sur le comptoir étaient posés plusieurs bonbonnes remplies de sucreries. Ma préférence s'appelait bonbon à la gomme de couleur blanche. Il m'arrivait d'accepter également les bâton de réglisse. En revanche chez ma tante qui était boulangère, à la fin de la visite dominicale elle nous proposait des sucreries de couleur, cachées dans une coquille de coque que je léchais très lentement tout le long du trajet retour. Il me souvient d'un coup, que nolus trouvions enfermée dans de toutes petites boites colorées de la poudre de réglisse que nous ajoutions dans un verre d'eau ou que nous sucions après avoir trempé un doigt dans la poudre magique...je termine et te souhaite une bonne soirée et un grand succès avec cette excellente idée de souvenirs sucrés.

Écrit par : Charline | 07/04/2008

Et oui Charline, tes souvenirs réveilllent les miens. Les boites de réglisse que l'on appelait coco et que l'on mettait toute entière dans la bouche et les boulles de gomme ... les blanches étaient et son toujours mes préférées.
Bonne soirée à toi et merçi pour ta réponse

Écrit par : Anne Marie | 07/04/2008

Bonjour à notre revenante.
Je ne me rappelle pas avoir mangé beaucoup de bonbons étant enfant. Une petite boite de coco bauer sous la langue, un roudoudou, un mistral gagnant, un caramel gagnant, des boules de gomme (ma préférence), mais pas trop souvent. Même le morceau de sucre trempé dans le café qui fait aujourd'hui encore le délice de mon petit neveu n'avait pas notre préférence. Papa et maman ne sucraient jamais leur café, le préférant nature noir, alors l'habitude nous est venue à nous les enfants. Je bois toujours mon café et mon thé non sucrés. Par contre c'était le chocolat qui nous attirait. Ma famille de Belgique nous rapportait des barres délicieuses, pralinées, fondant, aux noisettes..... de la marque Côte d'Or et Jacques et nos vacances en Belgique nous emmenaient dans des débauches de chocolat. De toutes nos visites familiales pendant ces trois mois d'été là bas nous revenions les poches remplies de pralines comme on appelait les chocolats, de barres, de plaques de chocolat. De la rentrée d'octobre à Noël nos goûters étaient assurés par notre réserve vacance. Mes filles n'ont pas été elles n'ont plus bonbons. Je ne fréquente pratiquement pas le rayon confiserie, mes petits enfants ne sont pas eux non plus trop bonbons, sauf ceux qui sont fabriqués avec le miel des abeilles de leur Papy et encore en quantité llimitée. Ils préfèrent de loin un morceau de fromage, un tartine de pain grillé avec du beurre, des biscottes beurrées. C'est une chance je le reconnais ce qui évite les carries et ces séances fastidieuses chez le dentiste pour l'instant. Peut être changeront ils plus tard mais pour l'instant ils ne sont pas tentés, alors inutile de les forcer.
Pour la fréquentation des hyper marchés, nous évitons, aussi bien ma fille que moi d'y emmener les enfants quand nous y allons et nous avons la chance d'avoir à proximité trois super marchés de marque différentes où la tentation est bien moins importante que dans les hypers. Quand un produit me convient parfaitement j'ai tendance à m'y accrocher. Pour autant il est nécessaire parfois d'aller en hyper marché et comme tant d'autres il m'arrive de me laisser accrocher par un produit qu'on dit révolutionnaire, pour tester comme je dis pour me justifier quand le résultat n'est pas à la hauteur de mon attente.
Bonne nuit et à bientôt
ANNIE
-----------------------------------------

Merci Annie pour cette longue réponse. Je vois que nous avons en commun le goût du chocolat. C'était une denrée rare pour moi lorsque j'étais enfant. Aujourd'hui, une journée sans son petit carré de chocolat noir à 75, 85 % de cacao me semble bien vide...je suis accro.

Quand aux achats en hyper, c'est le sujet d'une prochaine note...

A bientôt

Écrit par : Maminie | 07/04/2008

bonjour Anne-Marie
Je me souviens aussi des petits bonbons qui enjolivaient notre vie. Quand j'étais à l'école communale de la rue Jules Ferry à Issy les Moulineaux, la boutique de la marchande de bonbons se trouvait presqu'en face de l'école... pas folle la guêpe, et c'était un vrai délice d'aller y dépenser la petite pièce que maman m'avait donnée : coco, roudoudou, mistral, boule de noix de coco, etc... et quand on tombait sur un gagnant, super !!!!
Mais les dépenses y étaient très raisonnables à côté des folie des supermarchés actuels !!!!
bisous
Jacqueline

Écrit par : Jacqueline | 08/04/2008

Bonjour Anne-Marie.

Je me souviens (vers 1955/60) des carambard et autres malabar (qui existent toujours et toujours "Français") mais aussi des roudoudous dont on léchait le sucre coloré sur un coquillage factice.

Mais ce qui m'intéressait surtout, c'était les petits objets qui accompagnaient ces sucreries : images, petits personnages en plastiques, et même bouts de films quie l'on regardait avec une petite lunette grossissante.

Tiens, si je retrouve ces objets, je les montrerai sur mon blog....
Amitiès.
Pierre.

--------------------------------------------

Ah oui, je veux bien les voir. Je m'tais dit que mes notes étaient bien tristes sans images et je me proposais d'aller explorer certains blogs pour vois si je ne trouvais pas quelques illustrations...tu réponds à mon souhait.

Amitié - AM

Écrit par : pierlouim | 09/04/2008

Nous n'avions pas d'argent pour les bonbons à la maison, mais heureusement un voisin travaillait à l'usine à côté de chez nous, aux "Bonbons Lamy". Ces bonbons étaient (et sont) emballés individuellement, ce voisin un Monsieur adorable nous en apportait. Du fait de la fabrication à côté de chez nous tout le quartier sentait le bonbon.
Ironie nous avions des bonbons de "riches"
Bises

Écrit par : Biche | 09/04/2008

je me souviens bien de ces petits bonbons quelque fois nous avions la permision d'en acheter en allant à l'école
bonne soirée
bernadette

Écrit par : bernadette | 09/04/2008

Merci à tous pour votre participation.

Je n'ai pas été très réactive parce que je suis encore tombée en panne...d'internet cette fois ci. C'est l'anti virus qui a fait une crise d' auto imunité....J'espère que le remède sera suffixant.

Écrit par : Anne Marie | 10/04/2008

Bonjour,

Pas de bonbons chez nous et nous n'en étions pas privées puisque c'était comme ça !!!

Du coup, j'ai plus d'attirance pour le salé que pour le sucré....

Écrit par : josiane | 10/04/2008

Bonjour Anne-Marie

Que ce soit avec les sucreries comme avec la consommation en général, je crois que je n'ai pas trop de problèmes, ni mon entourage non plus.

Un petit excès par-ci par-là mais dans l'ensemble je nous trouve plutôt sages et peu influençables (je ne parlerai ni du fromage ni du chocolat qui me ferait descendre la cote de raisonnabilité).

Pour les enfants, je pense que quand on se donne la peine de leur expliquer les choses, ils arrivent vite à maîtriser tout ça. Et chez moi, quand on doiit faire un excès, j'appelle cela franchement ainsi. ça les fait rire, surtout ma petite-fille de 6 ans qui apprécie beaucoup qu'on donne un nom à tout comme "se faire péter la panse".

Hier c'était crèpes à "se faire péter la panse" alors aujourd'hui, pour moi c'est forcément légumes vapeur sans ajout.

Ma moralité sur le sujet serait qu'il faut trouver le juste équilibre en tout et essayer de rétablir quand on a conscience d'avoir un peu forcé sur un plateau (de la balance). La nécessité du self-contrôle mais pas de l'ennui à tout prix.

A bientôt Anne-Marie et merci pour ce petit moment de réflexion.

Monique

Écrit par : monique | 10/04/2008

Bonjour, aujourd'hui je prendsle temps de visiter les blogs, j'ai du retard.
Je suis la 3eme d'une tribu de 10 .(5 soeurs , 4 frères)
Contribution aux tâches ménagères , chacun avait son 'travail', aucun de nous ne rechignait , nous avions le droit d'échanger nos tâches .
Une fois le travail terminé , la récompense suivait , ma mère estimait que toute peine méritait salaire,je choississait toujours un morceau de chocolat Menier.
Mes parents n'étaient pas aisés seulement riches de l'amour qu'ils nous distribuaient.Seule condition, un travail scolaire sans reproche .

Aujourd'hui j'ai la chance d'avoir encore mes parents (4 et 90)mes frères et soeurs
Les temps ont évolués ,ma mère est la plus acharnée sur l'ordi, mon père aimerait en avoir un pour son anniversaire !!!alors je pense quelle époque !Sommes nous plus heureux aujourd'hui?
bises

Écrit par : marie | 24/04/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique