logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

08/05/2007

Le harcèlement au travail (suite)

Comment sortir d’un jeu ?

Nous avons plusieurs portes de sorties pour que les jeux cessent définitivement :
- changer notre regard sur la situation.
- changer notre mode de relation avec l’autre : ne plus jouer, désamorcer les premières phrases provocatrices.
- changer l’environnement de cette relation en faisant disparaître la cause du jeu.

Nous pouvons faire les trois à la fois mais en aucun cas nous ne réussirons à changer l’autre. Nous n’avons de pouvoir que sur nous-mêmes.

Lorsque c’est l’autre qui initie le jeu, des issues positives sont possibles si nous ignorons le jeu en refusant d’avaler l’amorce qu’il nous lance ou en le confrontant au jeu : « stop, je ne joue pas à ce jeu là ».

Nous pouvons mettre en lumière les messages cachés ou jouer jusqu’au bout sans nous impliquer. Le plus drôle est de le désamorcer en le transformant en jeu ludique, en grossissant les effets par des expressions verbales et des gestes exagérés(effet positif garanti).

Victime/bourreau de nous-mêmes.


Lorsque cela va mal dans notre vie, nous sommes tentés d’accuser les autres.

Après un événement difficile, mal vécu, nous ressentons un sentiment de mal-être, de défaite qui nous met en colère, nous rend triste ou nous angoisse selon notre façon de réagir aux difficultés.

La tentation est grande de nous dire « victime » des autres (conjoint, parent, enfant, patron ou collègue) en les rendant responsables de notre mal-être car il est plus facile de trouver un responsable, un coupable à accuser que de s’interroger sur les raisons profondes de notre malaise et de nous remettre en cause.

Pourquoi ai-je fait ceci , ? Pourquoi ai-je dit cela ? Qu’est-ce que je cherchai en réalité ? Qu’est-ce que je ressens vraiment ? Contre qui suis-je en colère ? De quoi ai-je peur en réalité ?
A quoi me fait penser cette situation ?

Généralement nous avons besoin de l’aide de l’autre pour nous renvoyer le reflet de nos comportements. C’est un peu difficile au début, mais tellement confortable par la suite

Arthur est en retard et son chef (persécuteur) lui demande : « vous êtes venu à pied ? » - « oui, et même que j’ai marché à reculons pour être sûr d’arriver en retard. » Eclat de rire des collègues, le jeu est cassé, le patron devra trouver un autre partenaire ou une autre remarque à faire à Arthur.



A lire :

Victime des autres, bourreau de soi-même – Guy Cormeau – Collection Réponses Editions Robert Laffont

Heureux qui communique – Jacques Salomé – Albin Michel

La communication non violente au quotidien – Marshall B. Rosenberg – Collection les pratiques Jouvence - Editions Jouvence.

Suite...des outils pour se sentir mieux

Commentaires

le harcèlement au travail est reconnu il ne faut hésiter à le dénoncer...

Écrit par : jack | 08/05/2007

plus facile à dire qu'à faire. De toute façon dans ce genre de comportement on n'en sort jamais indemne aussi solide aussi mordant et répondant qu'on soit. Pour l'avoir subit un temps le harcèlement au travail je peux dire que c'est usant. Les rires de collègues s'éteignent très vite, le repli, le chacun pour soi, "chacun sa m...." comme on dit et on se retrouve face à face avec le harcèleur qui n'est pas toujours un supérieur hiérarchique. Dans le contexte actuel du monde du travail dénoncer est un chose, prouver en est une autre et régler le problème soit même n'est pas une partie de plaisir. Pour ma part j'ai trouvé des réponses dans les ouvrages de Marie France HIRRIGOYEN.
Mais aujourd'hui tout cela est loin et le harcèleur fait encore d'autres victimes plus malléables que moi. C'est vrai il n'a pas changé, je crois même que sa perversité s'est aiguisée à l'usage. Mais il parait d'après les dires des ex-collègues qu'il y a pire, bien pire !!!!!
A bientôt et bonne soirée
ANNIE

Écrit par : Maminie | 08/05/2007

La communication est de plus en plus difficile.On le vois bien.Moi ce que je trouve désagréable c'est tout ce manque de réspect et cette intolérence systématique .La liberté d'expression n'apporte pas que de bonnes choses .

Écrit par : mireille | 09/05/2007

Je suis d'accord avec Mireille.A+

Écrit par : Angelina | 09/05/2007

Cassé... cassé ! oui, c'est cela qu'il faut faire... Quand on réagit, l'autre est surpris et se calme... bises de miche

Écrit par : miche | 12/05/2007

Je témoigne.
Je n'ai jamais porté plainte véritablement,mais j'ai aussi été victime du harcèlement au travail.Cela venait d'une collègue.
Je travaillais en entreprise comme infirmière.
Nous étions 3,je partageais un 1/2 temps avec une des 2 autres.Mais c'est celle qui travaillait temps plein qui m'harcelée jusqu'au bout.
Nous avons eu des réunions régulières avec la chef des ressources humaines pour "différent de caractères.
ma collègue surveillait mon travail,le critiquait,était véritablement "méchante."
A chaque fois que je la croisait au changement de pause, j'étais prise d'un état de stress ingèreable.
J'ai essayé d'arrondir les angles, mais cela ne durait pas.
Bref, je terminais mon contrat sous un congé de maladie et je n'ai pas été reprise, après 2 ans de service.
Mais avec le recul, je ne le regrette pas.

Écrit par : bibinanny | 16/05/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique